Les frais de port sont offerts en France Métropolitaine à partir de 3 boites achetées. 


BLOG

L’hiver, l’immunité des enfants est mise à rude épreuve

Thème : Enfants
L’hiver, l’immunité des enfants est mise à rude épreuve

L’organisme en croissance, les rythmes scolaires, le manqued e soleil, les virus…font que les enfants connaissent souvent des périodes de fatigue et de fragilité immunitaire.

Il est important de bien prendre en compte la fonction intestinale, garante d’une bonne immunité. Un apport de probiotiques adaptés et ce, notamment si l’enfant a subi des antibiothérapies est recommandé. La flore intestinale, fabrique des immunoglobulines comme les IGA qui interviennent dans la prévention des infections ORL. Lereca propose le complément alimentaire  Biotique LERECA.

Des compléments alimentaires à base de vitamine C naturelle issue de l’acérola, de Zinc et de vitamines permettront de renforcer l’immunité et de lutter contre la fatigue. STIVAMINE ENFANTS

 

La vitamine D

La vitamine D, est une carence fréquente dans la populationgénérale, mais aussi chez les plus jeunes.

Récemment,une enquête a démontré qu’en région parisienne, 24 % des enfants de 12 à 14 ansprésentaient des taux faibles de 25-OH D sérique (inférieur à 6 ng/l) en find’hiver. De plus l’alimentation en France apporte peu de vitamine D (Zeghoud etAl. 1995). Il est conseillé d’effectuer un apport en vitamine D pendant l’hiverchez les enfants peu exposés au soleil. Son rôle est primordial dansl’absorption intestinale du calcium et de la minéralisation du squelette maisaussi dans la réponse immunitaire de l’organisme.

Les vitamines hydrosolubles :B12, B1, B6 et C

Ellesagissent comme co-facteurs de nombreuses réactions enzymatiques du métabolisme.Elles ne sont pas stockées par l’organisme, à l’exception de la B12 et doiventêtre apportées quotidiennement. Le besoin énergétique des enfants et notammentdes adolescents est très important et souvent supérieur  à celui des adultes. Ces vitamines sontsolubles dans l’eau et sensibles à la chaleur, ce qui explique un déficit de notrealimentation transformée par les différents modes de cuisson.

Les folates ou vitamine B9

L’acidefolique est sensible à l’air, à la chaleur et à la lumière ce qui fait que lacuisson en détruit une grande partie . Son absorption est également partiellevia l’intestin. Un apport suffisant est donc important lors d’une activitémétabolique importante et en particulier pendant la croissance. Les folatesinterviennent dans le métabolisme cérébral et nerveux, dans la synthèse desneuromédiateurs et dans la fonction immunitaire.

Les besoinsen folates sont de 100 µg/jour chez les enfant de 1 à 3 ans, de 150µg/j pourles 4 à 6 ans, de 200 µg/j de 7 à 9 ans, de 250 µg/j de 10 à 12 ans et de 300µg chez les adolescents.

Le Zinc 

Le Zinc intervient dans l’activitéde plus de 200 enzymes. Son rôle physiologique majeur se situe dans les étapesde la synthèse protéique. Il est également impliqué dans le métabolisme desacides gras et dans la synthèse des prostaglandines. Il stabilise la structurede certaines hormones comme l’insuline, la gustine, la thymuline (intervenantsur l’immunité). Chez l’enfant la carence en Zinc entraîne un ralentissement dela croissance staturopondérale associée chez l’adolescent à un retard dudéveloppement pubertaire. Son impact sur le statut immunitaire n’est pas ànégliger. Pendant la première année, les apports conseillés sont de 5 mg/jour,puis, de 1 à 3 ans de 6 mg/jour, de 4 à 6 ans de 7 mg/jour, de 7 à 9 ans de9mg/jour, de 10 à 14 ans de 14 mg/jour.