Les frais de port sont offerts en France Métropolitaine à partir de 3 boites achetées. 


BLOG

Gênes urinaires et troubles prostatiques : solutions naturelles

Thème : Equilibre hormonal
Gênes urinaires et troubles prostatiques : solutions naturelles

l'hypertrophie bénigne de la prostate est présente chez plus de 50% des hommes de 60 ans et chez près de 90% des hommes de plus de 80 ans. C'est une pathologie en évolution du fait du vieillissement de la population et sa présomption est avancée lorsqu’un patient de plus de 50 ans se plaint de troubles mictionnels et que la prostate est augmentée de volume sans autres raisons
pouvant expliquer cette gêne.
Ce sont habituellement les symptômes urinaires qui motivent  à consulter : symptômes obstructifs, jet urinaire saccadé, de faible calibre, gouttes retardataires et parfois rétention aiguë. Des symptômes irritatifs s’associent parfois, avec des envies impérieuses d'uriner en journée et la nuit. A un stade avancé, elle se complique parfois d’infection urinaire ou prostatique, voire même d’une rétention vésicale.
Ces troubles mictionnels sont parfois concomitants à des troubles de l’érection.

Facteurs hygièno-diététiques favorisant l'adénome de la prostate:

- un régime alimentaire déséquilibré, riche en graisses animales et pauvre en fruits et légumes,
- une consommation excessive de tabac,
- un taux élevé de diabète,
- l'hypertension et l’excès de cholestérol,
- le stress,
- la sédentarité.

 Limiter ou supprimer :
- les boissons et l'eau en soirée afin d'éviter les levers nocturnes pour uriner;
- le café et l'alcool, qui augmentent la production d'urine et irritent la vessie;
- les épices et autres condiments en raison de leur effet irritant;
- les graisses saturées, qui stimulent la production de testostérone;
- les aliments raffinés et particulièrement ceux riches en sucres rapides;
- la bicyclette : la position sur la selle comprime la prostate;
- le stress puisque les hormones produites lorsqu'on est stressé donnent envie d'uriner plus fréquemment;
- les températures froides, qui entraînent une rétention urinaire et peuvent augmenter l'urgence d'uriner;
- les charges trop lourdes à soulever, surtout après des opérations chirurgicales.

Conseils hygièno-dietétiques :

 Privilégier :

- l'eau prise en grande quantité en première partie de journée, qui permet de nettoyer et drainer la vessie (surtout après les opérations chirurgicales);
- les fruits et les légumes frais, riches en fibres et en antioxydants et notamment les tomates, le pamplemousse rose, la pastèque riche en lycopène et la grenade pour son action antimutagène;
- les aliments à base de soja : les isoflavones qu'ils contiennent pourraient contribuer à une bonne santé de la prostate;
- la marche et des activités physiques régulières et légères limitent la rétention d'urine;
- la pratique sexuelle a été citée comme bénéfique, toutefois sans aucune confirmation scientifique.

Il est important de :
Vider sa vessie au maximum. Prendre le temps de vider complètement sa vessie à chaque fois qu'on urine. Certains hommes ont plus de facilité à le faire en position assise que debout.
Faire attention à certains médicaments : certains peuvent aggraver l'HPB, comme les antihistaminiques, les diurétiques, les antispamodiques, les tranquillisants et certains types d'antidépresseurs.

Phytotherapie en cas d'hypertrophie bénigne de la prostate : decouvrir LERECA XY et ses composants

le pollen :

Le Pollen réduit les symptômes de l’HBP par plusieurs mécanismes :
- amélioration de l’évacuation de la vessie,
- activité immuno-modulatrice et anti-radicalaire,

Il contient de nombreuses vitamines dont le groupe B, les C, D, E et P. On y retrouve également des ferments. Le Pollen a été reconnu pour améliorer les symptômes de la prostatite chronique.

la propolis :

Par sa concentration en flavonoïdes, la Propolis est indiquée dans les inflammations de la prostate :
• action directe sur les capillaires sanguins
• potentialisation de l'activité anti-oxydante
• diminution de l'inflammation

la Grenade :

L’extrait de grenade possède de fortes capacités anti-oxydantes et anti-inflammatoires liées à la présence d’anthocyanes, de tanins ellagiques et de tannins hydrolysables

le Sélénium :

Par sa présence dans l’enzyme glutathion peroxydase, le sélénium protège les cellules de l’oxydation. L’importance de cette dernière est a souligner dans les processus de vieillissement. L’activité anti-radicalaire du sélénium est complétée par des propriétés immu-modulatrices. De nombreux travaux montrent que la concentration en sélénium dans le sang des sujets âgés est inférieure à celle des adultes jeunes; il sera bénéfique à la protection de la prostate.

lycopène :

Substance présente dans la tomate, la pastèque ou encore le pamplemousse rose, le lycopène fait partie de la famille des carotènes. Le carotène est la substance qui donne à l'aliment sa couleur orangée, jaune ou rouge. De tous les carotènes, seul le lycopène a démontré des qualités protectrices de la prostate. Il est concentré dans certains organes et, en particulier, dans la prostate.

l'ortie :

Largement utilisé en Europe et recommandé par la Commission E Allemande et l’ESCOP (European Scientific Cooperative on Phytotherapy ), l’extrait de racine d’ortie  a démontré par plus de 20
études cliniques, son efficacité pour améliorer les symptômes cliniques de l’HBP.

decouvrir LERECA XY